LES RETRAITES NE SONT PAS DES NANTIS!

  Un an de campagne électorale, de débats, de discours où les partis politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, avec leurs leaders, avaient leur place dite légitime sur les tribunes, les plateaux télé et les premières pages des journaux pour relayer largement leurs arguments vers le public.

SURPRISE !

Le « jeune sans étiquette », donc sans soutien d’appareil, a fait quasi table rase des systèmes bien établis et a grillé la politesse à toutes ambitions. Une satisfaction : dans le lot des sinistrés, on compte le FN. Maintenant, il faut en tirer les enseignements, sans omettre de prendre en compte le taux d’abstention record. Mais notre démocratie ne tient compte que du vote exprimé par les citoyens, Emmanuel Macron peut donc s’appuyer sur une majorité absolue.

Dans son programme, figure explicitement un certain nombre de réformes sociales qui nous concernent. Et dans ce cadre, l’UNSA, Organisation Syndicale réformiste, a toute sa place à la table des négociations. Certaines de ces réformes, dites de rénovation du modèle social, touchent directement le monde du travail et nous ne pouvons qu’y être sensibilisés tout en étant retraités, surtout si l’objectif est bien de développer l’emploi. Toutefois, les mesures de transfert de cotisations sociales, maladie et chômage, vers la CSG, devraient donner du pouvoir d’achat aux salariés du secteur privé et redonner des marges aux entreprises, mais entameront le pouvoir d’achat de certains retraités et fonctionnaires.

Pour notre Organisation, il n’est pas juste que les retraités, citoyens consommateurs et très souvent actifs au sein de la société, subissent une diminution de leur pouvoir d’achat et soient, ainsi, stigmatisés, voire considérés comme des nantis. Si l’UNSA Retraités ne s’oppose pas au principe d’un report de charges vers la CSG, elle revendique une augmentation des petites retraites et, au moins le maintien du pouvoir d’achat de tous les retraités, que ce soit par le biais de compensations ou de modifications de barèmes ou de seuils qui s’équilibreraient avec l’augmentation de la CSG prévue au taux de 1,7 %.

Jean-Marc Schaeffer

 

Téléchargez le numéro 50 de la lettre nationale pour les retraités de l’UNSA : UNSA Retraités 50

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *